Presse Edition

pub
Recherche

Baromètre Primento du livre numérique : 19% des Belges ont déjà lu un ebook !


Presse Edition 12/03/201
À l’occasion de la Foire du Livre de Bruxelles, qui s'est déroulée du au le distributeur d’ebooks Primento a rendu publique la première grande étude sur les modes de lecture numérique des Belges. Ce Baromètre Primento a été réalisé en janvier 2014 auprès de 1.400 personnes, échantillon représentatif de la population belge. Les enquêtes ont été menées dans des lieux publics afin de sonder de manière aléatoire et neutre les passants. La marge d’erreur maximale, sur base d’un taux de confiance de 95%, est de +/- 2,6%.

Conformément aux tendances observées dans d’autres pays européens, les Belges se révèlent friands de livres numériques puisqu’un peu plus de 19% d’entre eux confirment avoir déjà lu un ebook. Les plus convaincus sont les sondés d’origine étrangère qui ont opté pour la lecture numérique, faute de trouver leur bonheur dans l’offre disponible en librairie traditionnelle. Quant au reste de la population belge, 28% des interrogés se montrent intéressés ou très intéressés par la lecture numérique, alors que 52,7% s’y opposent. Des chiffres qui ne surprennent pas Thibault Léonard, fondateur de Primento, qui assure la distribution des ebooks de nombreux éditeurs belges sur Amazon, Fnac, Kobo, Apple, etc. Celui-ci précise en effet :

«La lecture sur tablette ou liseuse est dans l’air du temps et les mentalités évoluent très vite. Aux États-Unis, 70% des jeunes ont lu un livre dans l’année écoulée et plus de 30% des livres achetés le sont au format ebook. Nous n’en sommes pas encore là, mais la révolution ebook est clairement en marche en Belgique aussi !»

Le lecteur belge change
Les chiffres confirment que les usages de lecture sont particulièrement stimulés par le succès des smartphones et des liseuses. L’enquête révèle que 25% des possesseurs de tablettes s’adonnent à la lecture de livres numériques. Un chiffre impressionnant quand on sait que 1,6 million de tablettes a été vendu en Belgique en 2013. D’après Thibault Léonard, il faut s’attendre à ce que les lecteurs numériques se multiplient dans les années à venir, grâce au succès des tablettes et des smartphones : «Toute personne qui dispose d’un smartphone ou d’une tablette peut accéder à un choix quasiment infini de livres depuis l’endroit où il se trouve et télécharger le livre de son choix en quelques minutes. L’accès à la lecture n’a jamais été aussi facile

L’étude démontre également que les personnes qui ont adopté ce mode de lecture sont pour la plupart de grands lecteurs. En effet, 40% des lecteurs numériques interrogés lisent près d’un livre par mois. Selon Thibault Léonard, cela s’explique par la facilité d’accès à un catalogue quasiment infini et la facilité de transport d’une tablette. Le coût est également souvent considéré comme une raison de passer à la lecture numérique puisqu’un livre numérique coûte environ 30% moins cher qu’un livre papier. De même, l’ebook séduit aussi les personnes âgées grâce à certaines fonctionnalités, comme la facilité d’utilisation et la possibilité d’agrandir les caractères.

L’ebook, une évolution positive
De manière générale, l’ebook est perçu de manière très positive. Un quart de la population est même convaincu que le livre papier disparaitra à terme au profit de l’ebook, alors que près de deux Belges sur cinq considèrent qu’il est complémentaire au livre papier. Seul un Belge sur six (16%) en a une perception négative et les autres (20%) y sont indifférents.

Quant à savoir ce que les Belges sont prêts à payer pour un ebook, près de la moitié (54%) se disent prêts à payer au moins 10 pour la version ebook d’un livre vendu à 15 au format papier. En revanche, 3 Belges sur 10 ne sont pas prêts à débourser plus de 5, alors que les autres (16%) ne se disent pas disposés à payer pour lire un ebook.

«On peut constater que le public cesse progressivement d’associer le web et ses services à la gratuité, ajoute Thibault Léonard.Les Belges consomment de plus en plus en ligne et sont prêts à payer pour du contenu. Néanmoins, ils ne semblent pas prêts à payer autant pour un livre numérique que pour un livre papier. Il est important que les éditeurs en soient conscients et adaptent leur politique de prix en conséquence

Du côté des opposants à la lecture d’ebook, quelques raisons ont été avancées : près de la moitié (49%) des non-lecteurs numériques expliquent n’avoir jamais essayé ou être trop attachés au format papier. De même, près d’un Belge sur cinq (18%) affirme ne pas disposer de l’équipement suffisant pour lire un livre numérique. Ce dernier constat met clairement en avant l’importance d’une politique structurée favorisant un accès à la connaissance, à la technologie et à la culture. À ce sujet, Thibault Léonard de Primento précise :

«Les pouvoirs publics en sont conscients et plusieurs projets sont actuellement en développement afin de s’assurer que les bibliothèques puissent jouer pleinement leur rôle dans les prochaines années».
Plus : www.primento.com/barometre-2014