Presse Edition

pub
Recherche

Entretien avec Bernard Trichot, Directeur de l’IDEP – Institut de développement et d’expertise du plurimédia

Entretien avec Bernard Trichot, Directeur de l’IDEP – Institut de développement et d’expertise du plurimédia

Presse Edition 23/10/2013

Qu’est ce que l’IDEP ?
Bernard Trichot : C’est le centre de ressources et d’expertise de la branche des Industries graphiques au service de tous les acteurs de la filière de la Communication. Fort d’une expérience de plus de 15 ans qui s’appuie sur un réseau de chargés de mission répartis sur l’ensemble du territoire, l’IDEP développe aujourd’hui une expertise pluridisciplinaire (économie, technologie, environnement, ressources humaines...) pour accompagner le repositionnement stratégique de la filière face aux profondes mutations socio-économiques qui l’impactent.


Quelle est la mission de l’IDEP et à qui s’adresse-t-il ?
Bernard Trichot : Notre mission est d’apporter tous les moyens nécessaires au renforcement de la compétitivité de la filière de la communication qui emploie 300.000 salariés, dans le cadre d’une initiative et d’un objectif collectif : au niveau de la branche professionnelle, d’un territoire, d’un secteur d’activité... Nos actions sont éclairées par l’analyse régulière des marchés économiques, une veille sur les technologies et l’observation des métiers et des compétences. Ces travaux permettent de mettre en exergue les évolutions possibles pour éviter les ruptures. La diffusion de ces informations est essentielle et constitue une mission en soit. A titre d’exemple, nous diffusons régulièrement une analyse sur la tendance des marchés, et venons de publier les deux premiers numéros d’une gamme de guides techniques (colorimétrie, façonnage) que nous coéditons avec le Print Process Champions. Sur le terrain, nos chargés de mission sont mobilisés pour soutenir des projets de restructuration ou d’innovation pilotés par la profession. En collaboration avec des consultants spécialisés, des diagnostics stratégiques individuels d’entreprises sont réalisés et couvrent l’analyse financière, stratégique, technologique et les ressources humaines. Une approche à 360° qui connecte ces différents thèmes dans une analyse cohérente et dynamique. Anticiper, innover, diffuser, synthétisent les missions de l’IDEP au profit de tous les acteurs intéressés au sein de cette filière.
En effet, les bouleversements générés par la numérisation des procédés sur les flux, les métiers, les compétences et les marchés sont constatés et partagés par tous, et incitent aujourd’hui à la mobilisation et à la mutualisation des moyens pour construire des solutions communes. C’est dans cette orientation que l’IDEP inscrit son action. Cela nous a naturellement conduit à nous investir dans le projet Pack en Seine, le futur centre de recherche et de formation des secteurs de l’emballage et de l’étiquette.

De quels moyens financiers, humains et matériels dispose l’IDEP ?
Bernard Trichot : Les ressources dont nous disposons proviennent principalement de fonds mutualisés des entreprises relevant des branches de l’Imprimerie de labeur et de la Reliure-brochure-dorure qui contribuent au Fonds de développement des industries graphiques. Le réseau des CFA du secteur que nous animons et pour lequel nous assurons des actions de promotion et de valorisation des filières de formation auprès des entreprises et des jeunes, participe aussi au financement de l’IDEP.

A propos de moyens humains et matériels, nous avons mis en œuvre un partenariat avec AGEFOS PME qui met à notre disposition son réseau de proximité dédié aux secteurs de la Communication graphique et des multimédias, ainsi que différentes fonctions transverses, dont la direction. En propre, nous disposons toutefois de trois collaboratrices : chargées d’étude, de communication et comptable.

De quelles compétences disposent ces différents CFA ?
Bernard Trichot : Les 23 CFA qui constituent le réseau que nous animons couvrent les domaines du pré-média, de l’imprimerie, de la sérigraphie, de la finition, mais aussi du packaging, de la PLV, de l’enseigne... de la communication ! L’outil pédagogique de formation par apprentissage s’adapte ainsi aux mutations de la filière et intègre aujourd’hui des formations qui environnent le produit imprimé. Ces nouveaux investissements entraînent un besoin d’échange et de mutualisation entre les CFA. L’animation de ce réseau par l’IDEP favorise ces passerelles et la construction de solutions innovantes pour maintenir un niveau de formations de grande qualité et répondre aux besoins des professionnels.


Les autres filières de la communication, agences, médias, éditeurs peuvent-elles profiter de ces

ressources ?
Bernard Trichot : Nous avons vocation à mettre à la disposition de tous les professionnels intéressés les travaux que nous produisons : études, guides techniques, veille économique, technologique, sociale... C’est une façon simple de pratiquer le décloisonnement, et l’ouverture prochaine de notre site internet accélérera la diffusion de ces ressources documentaires.