Presse Edition

pub
Recherche

Homme de Presse : Robert Lafont, fondateur d'Entreprendre Lafont presse

Homme de Presse : Robert Lafont, fondateur d'Entreprendre Lafont presse

presseedition.fr 07/04/2021

Comment a évolué l'entreprise depuis sa création en 1984?
Robert Lafont : Au début, nous avons avec Entreprendre réinventé la presse économique. Jusque là, elle (L‘Expansion, Le Nouvel Eco ..) ne parlait jamais des PME ou des entrepreneurs mais du CAC 40 et du Medef de l’époque. Cela a été un coup de tonnerre! Nous avons été les premiers à interviewer Tapie, Leclerc, Bolloré, Afflelou ou Altrad. C’était vraiment nécessaire. Regardez ou on est rendu aujourd‘hui. Un Français sur trois veut créer sa boîte, nous n‘y sommes pas étrangers... Après nous avons voulu nous diversifier. Et n’avons cessé d‘investir sur de nouveaux lancements en commençant par le sport, puis la presse Auto et féminine, des Segment de presse qui autorisent des niveaux de diffusion plus importants!

Certains vous surnomment l'éditeur copié collé?
Robert Lafont : Arrêtez avec cela! Nous publions 450 magazines en moyenne par an. Nous avons eu depuis trente ans 4 ou 5 problèmes sur des titres. Nous faisons travailler en tout avec les pigistes, les Free lances ou les Auto entrepreneurs, près de 150 personnes. Parfois, on ne peut pas tout contrôler. Si un rédacteur est défaillant, on ne le voit qu’après... Et puis vous savez, nous n'avons pas que des amis. Chaque fois que nous lançons un nouveau titre, et cela nous arrive, nous avons 3 ou 4 groupes qui nous en veulent. Ceux que nous allons concurrencer. En France, on parle beaucoup de liberté, mais chaque fois qu’on élargit l’offre, cela déplaît aux gens installés. Le milieu de la presse se veut ouvert, mais il est très conformiste et protecteur avec des aides de l’état qui ne servent à rien  Nous, c’est simple, nous ne touchons aucune aide.

 

Vous revendiquez aujourd'hui un portefeuille de 60 marques de presses?
Robert Lafont : Je préfère m‘appuyer sur 60 magazines que sur un seul. Parce que si il y’ en a un qui ne marche plus, le groupe n’est pas trop en difficulté. C‘est ce qui nous a sauvé. Regardez la presse cuisine, c‘est de plus en plus compliqué... Heureusement, il y a le sport ou le people qui marchent bien encore.

Quel est votre business modèle?
Robert Lafont : Notre business modèle? C’est de miser sur les kiosques et marchands de journaux. Nous leur apportons des magazines diversifiés grand public qui marchent. Dans certains rayons comme le sport, si nous n’étions pas là, il n‘y aurait plus de rayon. Nous sommes les seuls à faire un magazine de Hand, Handball Magazine ou de Basket avec France Basket.

Quels titres souhaitez-vous développer particul!èrement? Pourquoi et comment?

Robert Lafont : Nous misons beaucoup sur un titre comme Journal de France. Loin du parisianisme, nous redonnons la parole aux artistes que les Français aiment au delà des modes comme Nicoletta ou Florent Pagny.

Quel est l'avenir de la presse?

Robert Lafont : L’avenir de la presse est à la qualité , à l’enquête et au positionnement. Les journaux doivent  arrêter de tous dire la même chose au même moment. Regardez sur l‘actu, le succès de L‘Evénement Magazine. Nous avons parlé de Raoult, Onfray ou d‘immigration et d’insécurité. Des sujets pas tabous qu‘il faut oser aborder sans excès. La presse, C’est le débat. Ou sinon,  il n’y a plus de presse.

 

 

A propos de Robert Lafont
À 64 ans, Robert Lafont est un peu l‘Asterix de la presse francaise . Il a résisté et passé toutes les crise du secteur et le groupe qu‘il a fondé en 1984 autour du magazine Entreprendre, reste une belle exception. Faisant partie du top 3 des groupes restés indépendants, côté en bourse sur Euronext Growth, Entreprendre (Lafont presse) publie une soixantaine de magazines (Journal de France, L‘Evenement, Le Foot, Santé Info, Special Senior, Stop arnaques, France Basket, Feminin Psycho, ...) diffusés nationalement en kiosques. Avec un chiffre d‘affaires de 20 millions d‘euros consolidés, l’entrepreneur de presse continue de miser son essor sur le réseau presse, ce qui ne l’empêche pas d‘investir sur le digital avec le lancement récent du quotidiendusport.fr. Un parcours formidable pour un patron de presse passionné qui un jour s‘est mis en tête de lancer un magazine économique parce qu‘il trouvait que les journaux ne parlait que des grosses boites et jamais des entrepreneurs. Avec Entreprendre, il a inventé la presse des entreprises.