Presse Edition

pub
Recherche

L’AFP affiche un résultat d’exploitation 2019 en forte progression


Presse Edition 06/05/2020
Au cours de sa réunion du 29 avril 2020, le Conseil d’administration de l’AFP a approuvé les comptes de l’exercice 2019, première année d’exécution du plan de transformation de l’agence et du contrat d’objectifs et de moyens qui la lie à l’état.

Après un retour de la croissance en 2018 pour la première fois depuis 2014, l’AFP a connu en 2019, année impaire moins riche en événements sportifs donc en revenus photo, une quasi-stabilité de ses recettes commerciales, à 167 M€ (-0,5% à taux de change et méthodes comptables comparables). La mise en œuvre du plan Image et le développement soutenu de l’investigation numérique ont permis de compenser les effets de la crise durable de la presse écrite. Celle-ci est passée pour la première fois sous la barre des 30% du chiffre d’affaires de l’Agence, tandis que celle des clients TV a dépassé celle des 20%.

L’Agence a bénéficié d’un soutien accru de l’État, qui lui a alloué une subvention de 124,4 M€ au titre de la compensation du coût net de sa mission d’intérêt général, soit un effort supplémentaire de 11 M€ par rapport à 2018.

L’année a été marquée par l’exécution des premières mesures du plan de transformation sur la réduction de la masse salariale, avec en particulier la mise en œuvre d’un plan de départs volontaires qui conduira à la suppression en année pleine de 78 postes et portera ses fruits principalement à compter de 2020.

Les comptes approuvés font apparaître un résultat d’exploitation de 7,1 M€, un résultat financier de -2,5 M€, des pertes hors exploitation de -4,2 M€ et donc un résultat net de 0,4 M€ (contre -2.6 M€ en 2018), positif pour la première fois depuis 2013.

Pour être comparables d’une année sur l’autre, les comptes doivent être retraités des éléments non récurrents que sont principalement l’augmentation de la subvention de l’État et les charges liées à la mise en œuvre du plan de départs. Il en ressort un résultat d’exploitation retraité de 5,2 M€, en progression de 19,4% par rapport à 2018 (à taux de change et méthodes comptables comparables), sous l’effet de la gestion rigoureuse des charges et des premières économies générées par le plan de transformation.

La pandémie de Covid-19 aura un impact inévitable, pas encore très sensible mais qui se dessinera à n’en pas douter dans les mois à venir, sur le cœur de métier de l’AFP. Même si celui-ci est basé sur un modèle à dominante d’abonnement, son chiffre d’affaires sera affecté par la fragilisation de la santé financière de ses clients médias, l’annulation de grands événements sportifs (impact sur la photo notamment), la diminution des ventes de contenus assises sur des partages de revenus publicitaires, enfin bien sûr les contraintes pesant sur la prospection commerciale. A l’inverse, l’AFP bénéficiera de la progression des revenus issus de l’investigation numérique sur tous les sujets associés au Covid-19 et d’économies réalisées sur les missions.

La pandémie a d’ores et déjà un effet très visible sur les filiales de l’AFP dont le modèle économique ne repose pas sur l’abonnement mais sur des commandes ponctuelles d’institutions ou d’entreprises. AFP-Services et la filiale allemande SID, spécialisée dans les événements sportifs, devraient ainsi perdre l’équivalent d’au moins un trimestre de chiffre d’affaires, soit environ 5 M€.
L’Agence n’a pour l’heure recours aux dispositifs d’activité partielle que pour ces deux filiales, pour un effectif concerné d’environ 60 personnes réparti entre Paris, Bruxelles et Cologne. Sur son cœur de métier, elle a privilégié un accord avec les organisations syndicales sur la prise d’un nombre de jours de congés minimal.
A ce jour, l’Agence n’a pas de visibilité suffisante pour faire une estimation globale de l’impact de la crise sur ses revenus commerciaux de 2020. Elle met dès à présent tout en œuvre pour protéger ses marges.