Presse Edition

pub
Recherche

La rentrée littéraire dépasse le million de ventes


Presse Edition 12/11/2014

A l’occasion de la remise des principaux prix littéraires, GfK révèle les choix des lecteurs français. Entre la mi-août et la mi-octobre 2014, 1,1 millions de volumes de la rentrée littéraire ont été écoulés, soit 21,4 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le marché du Livre s’appuie sur trois piliers essentiels : une offre très large, une distribution diversifiée (des librairies indépendantes au commerce en ligne en passant par les grandes enseignes spécialisées et alimentaires) et une saisonnalité rythmée par plusieurs temps forts. Les mois d’août et de septembre riment traditionnellement avec rentrée littéraire. Entre 600 et 700 titres paraissent lors de ce rendez-vous essentiel entre l’Edition et son public.

En plus d’un écho médiatique significatif, la rentrée littéraire joue aussi un rôle économique indéniable : «Le chiffre d’affaires généré par les titres de rentrée littéraire représente en moyenne 18% de la valeur annuelle du segment Fiction moderne grand format et entre 2 et 2,5% du chiffre d’affaires annuel du marché du livre» précise Laurent Donzel, Directeur des marchés de l’Entertainment chez GfK.

MEILLEURS_VENTES.jpg
Source : panels de distributeurs GFK / volume des ventes entre le 11 août 2014 et le 12 octobre 2014

Cette année, le palmarès à mi-octobre est largement dominé par Emmanuel Carrère avec 157.530 exemplaires du Royaume, nouveau succès pour l’auteur lauréat du prix Renaudot en 2011 avec Limonov.
Les autres auteurs présents dans ce classement sont également des habitués des rentrées littéraires et bénéficient déjà d’une bonne reconnaissance critique et publique. Seul Philip Meyer, dont Le Fils est le 2e roman traduit en français, s’est vraiment fait connaître à l’occasion de cette rentrée.

Le format numérique, même s’il reste encore marginal en termes économiques, fait désormais partie intégrante de la stratégie de la majorité des éditeurs. Versions physiques et versions numériques paraissent de manière simultanée permettant ainsi aux lecteurs de choisir leur format de prédilection. Oona et Salinger fait figure d’exception : c’est le seul titre à n’exister qu’en version physique, ceci relevant du choix de son auteur Frédéric Beigbeder. La part du numérique pour les 10 meilleurs ventes s’échelonne entre 4,3% et 9,2%, avec une moyenne de 5% en 2014 quand elle était de 4,5% en 2013.
A titre de comparaison, le dématérialisé peut atteindre 15 à 20% des ventes totales des plus gros best sellers (fiction ou essais) voire même dépasser les 50% pour certains titres de littérature de genre comme la romance, la littérature érotique, la science-fiction ou encore le roman policier.

 

Les prix littéraires, valeurs sûres de fin d’année
A partir de fin octobre la rentrée littéraire entre dans une nouvelle période : celle des prix littéraires d’automne avec notamment le Goncourt, le Grand Prix du roman de l’Académie Française, le Renaudot, le Fémina, le Médicis ou encore l’Interallié. Les romans primés voient alors rapidement leurs ventes s’accélérer avec des coefficients multiplicateurs allant de 1,5 à 11 selon les distinctions. Sébastien Rouault, Chef de groupe Livre chez GfK, ajoute : «Le pic des ventes est atteint lors des deux semaines précédant les fêtes de fin d’année, les prix littéraires demeurant des valeurs sûres à offrir. C’est ainsi qu’en fin d’année, les ventes des titres couronnés représentent en moyenne 13% des ventes de la Fiction moderne grand format

 

PRIXOK.jpg 

Cette année, à côté des prix littéraires français, il faut également compter avec le prix Nobel de littérature qui vient d’être attribué à Patrick Modiano pour l’ensemble de son oeuvre. «L’effet Nobel» se fait déjà sentir : Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, paru il y a 1 mois, s’est déjà vendu à 88.000 exemplaires contre 68.000 en moyenne pour chacun de des deux romans précédents. En 2008 Jean-Marie Gustave Le Clézio avait lui aussi reçu le prix Nobel de littérature ce qui avait eu pour effet de multiplier par 6 les ventes de l’ensemble de ses livres avec un total de 727.000 exemplaires écoulés sur une année seulement.

Les ouvrages de Patrick Modiano devraient bénéficier de la même envolée.

IMPACTOK.jpg

Méthodologie
Les titres de la rentrée littéraire sont des références parues entre mi-août et mi-octobre, présentées par les éditeurs comme faisant partie de cette rentrée et classées par GfK dans le segment «fiction moderne». GfK Consumer Choices collecte en permance et enrichit les données de ventes en sortie de caisse de 3.500 points de vente sur les biens culturels. Ils sont représentatifs de la distribution de produits culturels en France, hormis les clubs : Grandes surfaces spécialisées culture, Grandes surfaces alimentaires, Librairies de 1er niveau et de proximité, Disquaires, E-commerce sur Internet et autres Grandes surfaces spécialisées (bricolage/jardinage / jouets / informatique, etc.) sont intégrées au panel. Les données récupérées auprès de ces enseignes sont extrapolées selon des méthodes statistiques pour représenter les ventes sur la totalité du territoire français.

A propos de GfK
GfK fournit une information, de référence, sur les marchés et sur les comportements des consommateurs. Plus de 13.000 experts des études de marché combinent leur passion à 80 années d'expérience en analyse des données. GfK enrichit ainsi de sa vision globale, les insights locaux dans plus de 100 pays. Grâce à l’utilisation de technologies innovantes et à la maîtrise de l’analyse des données, GfK transforme les Big Data en Smart Data, permettant ainsi à ses clients d'améliorer leur compétitivité et d'enrichir les expériences et les choix des consommateurs.