Presse Edition

pub
Recherche

Le numérique décolle malgré le prix des ebooks !


Presse Edition 23/10/2013

Primento, le partenaire numérique des éditeurs, dévoile  les résultats d’une étude sur les lecteurs français et le numérique en France. Bien que la société constate un décollage des ventes numériques dans les marchés francophones, elle indique que le secteur est néanmoins freiné par le comportement et la politique de prix des éditeurs.

Alors qu’il avait semblé, lors de la rentrée littéraire, que la plupart des éditeurs proposaient dorénavant leurs titres à la fois au format papier et en numérique, et qu’il en était de même pour les nouveautés, seuls 52 % des titres figurant au palmarès Edistat des meilleures ventes sont actuellement disponibles au format digital. Cette situation illustre parfaitement les difficultés qu’éprouvent les éditeurs français à franchir le pas du numérique et à comprendre l’évolution des comportements des lecteurs. Thibault Léonard, fondateur de Primento, explique à ce sujet : «L’édition subit actuellement un double choc, l’un, conjoncturel est lié aux diminutions des dépenses d’achats de livres ; l’autre, structurel est relatif à l’émergence du numérique.» Pour ce spécialiste du digital, la situation est claire : «Le secteur est en manque de repères et les éditeurs sont pris de cours par la rapidité de changement d’usages de leurs lecteurs !» Faut-il le rappeler ? L’iPad n’a pas encore fêté ses 4 ans d’existence et le Kindle n’est disponible en France que depuis 3 ans.

L’étude établit dans un deuxième temps une comparaison entre le prix des livres papier les plus populaires et ceux de leurs pendants numériques. «Le budget attribué aux dépenses de livres numériques sera 6% moins important que pour leurs équivalents au format papier. En revanche, si on ne prend pas en compte les grands classiques tombés dans le domaine public qui figurent parmi les livres papier les plus fréquemment achetés, les livres imprimés s’avèrent en moyenne 3% moins chers qu’en numérique», explique T. Léonard.
«La stratégie de prix des éditeurs français est pour le moins surprenante. À l’analyse, on constate en effet que ce sont principalement les grands éditeurs qui font le choix de proposer un livre numérique à un prix supérieur à celui du format poche…» Or la plupart des bestsellers réalisent actuellement entre 3 et 5% de leurs ventes dans ce domaine. Cette politique de prix a ainsi de quoi soulever des questions.

Ce constat confirme les propos tenus par Alexis Esmenard (Albin Michel) lors d’une interview récente parue dans Le Figaro : «Nous ne sommes là ni pour pousser, ni pour freiner, mais pour accompagner.» Françoise Benhamou, professeure à Paris-XIII spécialisée en Économie de la culture et du numérique, résume quant à elle la situation de la manière suivante : «Si on ne cherche pas à développer, on freine, de fait

Selon Primento, la situation n’a rien d’étonnant et confirme au contraire l’intérêt de la population française pour le numérique : «La transition vers le digital est une tendance de fond, qui a d’abord affecté la musique et qui se propage aujourd’hui au secteur du livre.» Et Thibault Léonard d’ajouter : «Même si le prix constitue l’un des éléments pris en compte par les lecteurs, ce n’est pas le seul. L’accessibilité, l’étendue du choix, les fonctionnalités offertes par le support de lecture et la facilité de transport sont de loin plus importants pour les amateurs de livres digitaux.» En février 2013, une étude confirmait que 44% des Français déclaraient avoir lu ou envisageaient de lire un livre numérique dans les 12 mois, contre 20% en février 2012. «Aussi étonnant que cela puisse paraître, il semble donc que les grandes maisons d’édition préfèrent prendre le risque de laisser des éditeurs indépendants tels que Bragelonne ou des acteurs du numérique tels que Lemaitre Publishing (éditeur de la collection lePetitLitteraire.fr) ou encore NumerikLivres, installer leurs marques dans l’univers de l’ebook, plutôt que de proposer des prix réellement attractifs pour les lecteurs !», conclut T. Léonard.