Presse Edition

pub
Recherche

Questions à Nicolas Vidal, Directeur et fondateur de Putsch

Questions à Nicolas Vidal, Directeur et fondateur de Putsch

Prospectives Médias Janvier 2018

10 ans après la création de BSC News quel bilan faites-vous de cette aventure?
Nicolas Vidal : Je n’aurais jamais imaginé lorsque j’ai lancé BSC NEWS en novembre 2007 seul dans un appartement que ce média parviendrait à une telle légitimité. Ma conviction reposait sur l’idée que si la culture était traitée de façon ludique et passionnée, elle pourrait agréger un nombre suffisant de lecteurs pour faire vivre ce support.
Le BSC NEWS magazine fut le premier webmagazine lancé en France en 2007. Ce format de support n’existait pas encore. Il y avait aussi une volonté très prégnante de proposer une actualité culturelle hors des sentiers battus. Je dis souvent que la tyrannie de l’audience tue les médias. Et j’en suis encore plus convaincu aujourd’hui. En d’autres termes, je pris le parti dès le début de traiter la culture avec des éclairages peu convenus et d’inviter des personnalités peu visibles et/ou boudées par les médias. Ce fut le second axe fort du BSC NEWS. A ce projet, très rapidement une base importante de lecteurs s’est reconnue dans une ligne éditoriale de ce type. Le BSC NEWS a produit en dix ans plus de 6600 articles, 107 numéros du magazine, 8 édition du tablions
Si je devais faire le bilan de cette première décennie du BSC NEWS, je dirais qu’en réalité la ligne éditoriale n’a pas changé en profondeur depuis le lancement. Il y a toujours cette même exigence de traitement et cette volonté de ne pas respecter les codes culturels. C’est donc une incroyable aventure humaine à mes yeux qui a connu des hauts et des bas, de belles victoires, et de salutaires défaites. BSC News fut un ovni dès le début qui a su prendre son envol et atteindre une vitesse de croisière.

En décembre dernier, vous décidez de changer de titre. Pourquoi?
Nicolas vidal : Plus exactement, le choix de la nouvelle marque s’est posée en juin 2017 lorsque j’ai rencontré Mathieu Stefani et Laurent Defossez de l’agence Cosa Vostra à Paris. Nous avons longuement discuté sur la nécessité de faire évoluer la marque média du BSC NEWS et tout naturellement la décision a été prise de changer de nom et d’offrir de nouveaux supports plus adaptés à notre époque.
Simultanément, j’avais également décidé de quitter Montpellier où j’ai fondé le BSC NEWS dix ans auparavant. L’environnement économique et la vitalité culturelle de cette ville ne permettaient plus de grandir sereinement sans compter la frilosité de certaines institutions à aborder la question de l’innovation dans la façon de traiter des sujets culturels ou de couvrir des événements.
Sur le projet Putsch, la question de la monétisation a été largement abordée avec Cosa Vostra sur le passage de BSC NEWS à PUTSCH. Nous nous sommes appuyés sur l’expertise d’Hélène Froment

( Mediapart, Le Monde..).
Nous avons vécu pendant dix ans sur un modèle quasiment gratuit, jonglant entre des budgets publicitaires et un nombre d’abonnés qui progressait mais pas suffisamment pour se séparer de la publicité.
Aujourd’hui, l’ambition est clairement la monétisation de nos contenus. PUTSCH sera donc lancé sur un modèle payant progressif avec un libre accès sur quelques articles seulement. Deux offres d’abonnement claires seront proposées aux lecteurs afin de bénéficier d’un traitement éditorial culturel et franc-tireur, loin de l’information et des décryptages convenus. Nous proposerons également toute une série de tribunes à des personnalités culturelles et des intellectuels.
C’est pour cela aussi que la marque PUTSCH prend tout son sens car je souhaitais depuis longtemps renforcer la ligne éditoriale sur le pluralisme des voix, de plus en plus rare de nos jours.
Putsch sera le média qui bousculera l’ordre culturel établi avec une série d’entretiens de personnalités parfois piquantes et corrosives. Car la culture doit faire débat et doit poser des questions qui alimentent la démocratie. Ainsi nous offrirons la possibilité aux lecteurs de se faire leur propre opinion. Aiguiser le libre-arbitre de tout un chacun sera l’objectif de PUTSCH.
Parce que la culture doit faire débat, parce qu’il y a une nécessité aujourd’hui de bousculer l’ordre culturel établi. Putsch veut être cet espace privilégié de lectures, de réflexions et de débats. Un forum indispensable et inhérent à toute démocratie ne peut exister que si toutes les voix, même discordantes et subversives, ont un espace, un lieu pour s’exprimer. Parce que Putsch ne veut rien s'interdire lorsqu'il s'agit de faire vivre la démocratie et la culture.

 

Vous avez, à juste raison, développé votre présence dans l’audiovisuel, notamment avec le lancement du WEB TV mais vous maintenez une version papier du magazine. Est-ce bien raisonnable?
Nicolas Vidal : Nous avons décidé de créer une série de supports videos diffusés sur notre WebTv dès février 2018. Deux programmes sont déjà en cours de préparation. Des annonces seront faites bientôt à ce sujet car l’une de ces propositions sera surprenante mais extrêmement excitante. Cette corde manquait à notre arc. Nous nous devions de proposer du contenu vidéo de qualité sur PUTSCH. Le maintien du support a été mûrement réfléchi. Concernant la version Print, nous travaillons de concert pour cela avec la Start-Up PayPerNews qui excelle dans ce domaine. Le modèle économique du journal papier, dont la nouvelle formule se nommera aussi PUTSCH, est sécurisé car sans risque de remettre en cause l’existence du média.
Elle viendra renforcer nos offres d’abonnement. Nous souhaitons donc proposer à nos lecteurs un format papier chaque mois de 28 pages pour 3,99 euros et un abonnement web ( accès au site + archives ) à 3, 99 euros par mois. Les lecteurs pourront également combiner les deux.

Pour financer le lancement de Putsch vous avez-mis en place une campagne de crowdfunding Quels étaient vos objectifs financiers et y êtes-vous parvenu?
Nicolas Vidal : La campagne de crowdfunding participe en réalité au storytelling pour le passage de BSC NEWS à PUTSCH. Elle nous permet de présenter cette métamorphose éditoriale. Elle m’a semblé extrêmement importante. Elle est également une façon aussi de fédérer une base d’abonnés pour le lancement de PUTSCH. Nous avons lancé la campagne sur un budget de 8000 euros, qui est en réalité une infime partie du coût réel du projet global Elle est par ailleurs une excellente vitrine pour expliquer le lancement de PUTSCH auprès d’une base importante de potentiels lecteurs. A ce jour, nous avons atteint notre objectif.


Votre actualité et vos projets?

Nicolas Vidal : Le lancement de PUTSCH est prévu pour le 12 février. Nous sommes en train de peaufiner le site et d’articuler les différents innovations autour de la maquette. Nous avons déjà une série d’interviews qui seront publiées durant les premiers jours de lancement sur des sujets culturels iconoclastes et corrosifs.
Putsch proposera aux lecteurs passionnés de culture et de débats de découvrir une nouvelle façon de faire du journalisme culturel. Nous espérons les surprendre et titiller leur curiosité culturelle en sortant des sentiers battus. Nous tenterons également de réconcilier une partie du lectorat profondément déçue des médias qui ne se reconnaissent plus dans la façon de traiter uniformément l’actualité. Il est bien entendu que nous espérons fédérer le maximum d’abonnés autour de PUTSCH dès la première année afin de pérenniser le média et prévoir de nouveaux développements pour 2019. Notre ligne éditoriale sera bien entendu notre valeur ajoutée et nous espérons bien entendu que les lecteurs et plus particulièrement les abonné(e)s du BSC NEWS nous suivront sur PUTSCH.


Né en 1980, Nicolas Vidal a fondé le BSC NEWS MAGAZINE en novembre 2007, premier web magazine culturel apparu en France alors qu’il n’a que 27 ans. Le BSC NEWS se lance sur MySpace et agrège une trentaine de lecteurs. Le BSC NEWS comptait fin 2017 près de 800.000 visiteurs uniques sur le BSCNEWS.FR, 6.600 articles & interviews parus et 107 numéros du magazine ainsi 8 édition du journal papier. Une dizaine de journalistes collaborent au BSC NEWS. Aujourd’hui, Nicolas Vidal lance une nouvelle marque média PUTSCH et a confié la réalisation du projet à l’agence Cosa Nostra.
 


Newsletter

Recevez gratuitement
tous les 15 jours la newsletter
de Presse-Édition

Votre adresse email :



pub Prestataires