Presse Edition

pub
Recherche

Entretien avec Bernard Trichot, Directeur général de OPCA CGM

Entretien avec Bernard Trichot, Directeur général de OPCA CGM

Presse Edition 08/07/2009

Propos recueillis par Daniel Dussausaye  


Issu d’un parcours de formation en architecture, Bernard Trichot intègre durant 6 ans le Ministère de l’Agriculture, au sein du service d’aménagement des eaux, où il sera notamment en charge des travaux d’hydrogéologie menés en région champ-ardennaise. En 1990, il rejoint une grande société parisienne d’ingénieurs conseils spécialisée dans les domaines de l’environnement où il créera et développera le service communication jusqu’en 1998. Ce dernier poste le conduit à prendre la responsabilité du pôle communication et développement de l’OPCA CGM, et depuis 2001 à en assurer la direction générale.


Quelle est la principale fonction de l’OPCA CGM que vous dirigez ?
Bernard Trichot : Un OPCA est initialement un organisme qui collecte les fonds légaux de la formation. En effet, les entreprises ont une obligation minimale de financement pour assurer la formation pour leurs salariés, et une partie de ces fonds doit être collectée par des organismes agrées par l’Etat. Ainsi, notre organisme est sous tutelle du ministère de l’Economie des fiances et de l’emploi, mais existe par la seule volonté des partenaires sociaux. Au-delà de la collecte, nous donnons la possibilité aux branches professionnelles de se doter de moyens leur permettant de mettre en œuvre les politiques d’emploi et de formation spécifiques. Nous avons financé, par exemple, le développement des compétences des salariés positionnés en amont de la production graphique lors de l’informatisation du prépresse. Une démarche fondée sur l’analyse prospective des partenaires sociaux et la définition d’actions de formations prioritaires. Le champ de compétences de l’OPCA CGM (Imprimerie, Edition, Finition) étant soumis à de profondes mutations technologiques et industrielles, un levier financier mutualisé de l’OPCA CGM offre aux branches une capacité d’intervention.


Quel est l’mpact de votre action sur l’emploi ?
Bernard Trichot : Il est double : d’une part, assurer le maintient dans l’emploi des salariés en poste en facilitant l’accès à la formation continue, d’autre part, accompagner le renouvellement des compétences en soutenant l’insertion par alternance au travers du contrat de professionnalisation et de l’apprentissage.
Dans ce contexte, nous participons à la promotion des métiers et des filières de formation de nos secteurs.


Comment anticipez-vous les phénomènes que vous décrivez ici ?
Bernard Trichot : Tout d’abord en s’appuyant sur les travaux des Observatoires prospectifs des emplois et des compétences des Industries graphiques et de l’Edition. Dans certains cas, ces résultats sont complétés par des études pensées par l’OPCA CGM.


Avec quels organismes professionnels travaillez-vous en priorité ?
Bernard Trichot :
Avec l’ensemble des organisations d’employeurs et de salariés, qui représentent les secteurs de l’Imprimerie, la Sérigraphie, la Reliure Brochure Dorure, le Routage et l’Edition. Toutes les instances de gestion et d’administration de l’OPCA CGM sont paritaires.


Comment faites-vous la promotion des filières de formation et des métiers ?

Bernard Trichot : Nous mettons en œuvre un grand nombre de moyens. La première action qui me vient à l’esprit est notre présence sur les salons et les forums. En effet, nous participons à quarante manifestations par an. De plus, quand je dis « salons », il s’agit toujours de salons grands publics, bien entendu. Nous avons dernièrement participé au Mondial des Métiers à Lyon. Concrètement, notre mission consiste à mettre à disposition tous les moyens nécessaires pour assurer cette promotion, en partenariat avec la branche et les centres de formation.



Qu’est-ce que ça signifie « développement » pour une OPCA ?

Bernard Trichot : Développer nos moyens financiers (contributions des entreprises, mobilisations de cofinancements) pour augmenter, en quantité et en qualité, la formation des salariés. Cette mission globale se concrétise sur le terrain par le travail d’information et de conseil mené par les chargés de mission de l’OPCA CGM.


Chaque branche a ses propres règles pour le financement des formations ?
Bernard Trichot : En effet, selon le secteur, les priorités sont différentes. A titre d’exemple, les Industries graphiques favorisent les actions ciblées sur la production imprimerie et la finition. Dans le secteur de l’Edition, des moyens spécifiques ont été dégagés pour développer la formation des travailleurs à domicile.


Concernant les formations comment agissez-vous sur celles-ci et quels sont vos objectifs en la matière ?
Bernard Trichot : Notre but est de développer la formation, à la fois de manière quantitative et qualitative. Cela constitue à la fois notre force et notre valeur ajoutée.


Quel est le bilan de 2008 et quelles actions prioritaires allez-vous mener en 2009 ?
Bernard Trichot : Le bilan de 2008 s’insère dans un contexte économique difficile. Une baisse générale des départs en formation aurait pu s’amorcer. Pourtant l’année 2008 se clôture avec l’ensemble de nos indicateurs en progression. Par contre, dans le cas de la professionnalisation, nous connaissons des résultats plus mitigés. Concernant l’insertion en alternance, nos courbes suivent malheureusement les courbes de l’emploi et les difficultés des entreprises à recruter. Nous enregistrons une baisse d’une centaine de contrats de professionnalisation cette année. Nous nous devons, plus que jamais, de maintenir nos objectifs de développement de la formation, sur des critères de plus en plus qualitatifs en répondant aux besoins des entreprises et des salariés, en adéquation avec les besoins spécifiques de chaque bassin d’emploi.


L’OPCA CGM est, depuis 1995, le partenaire formation des entreprises de la communication graphique et des multimédia, issues des secteurs imprimerie, sérigraphie, reliure-brochure-dorure, routage et édition. A ce titre il collecte et gère leurs contributions à la formation professionnelle continue et les conseille sur leurs projets de formation. Par sa connaissance des métiers de la communication graphique, il répond aux spécificités de ses adhérents et participe à la conception des projets collectifs et individuels, leur financement et leur mise en œuvre. L’OPCA CGM rassemble aujourd’hui 7 000 entreprises adhérentes employant 100 000 salariés, et gère 30 M€ chaque année. Disposant d’un service de proximité composé de 18 collaborateurs, l’OPCA CGM apporte conseil et assistance aux entreprises et salariés dans toutes les régions. Cette double proximité, professionnelle et territoriale, permet d’instaurer des relations institutionnelles avec les partenaires locaux et valoriser les projets dans le cadre des mesures de cofinancements.Le paritarisme de gestion garantit une représentation des entreprises et des salariés des différents secteurs de la communication graphique, en tenant compte de leur taille, de leur situation, de leur profil économique et industriel… L’OPCA CGM se détermine résolument organisme de branche professionnelle, en mesure de comprendre les particularités d’un secteur en complète mutation, et apporter les leviers propre à développer les compétences des salariés et accompagner la compétitivité des entreprises.