Presse Edition

pub
Recherche

Le CNC discrimine le documentaire


presseedition.fr 13/10/2021
Lettre ouverte à Monsieur Dominique Boutonnat
Président du Centre national du cinéma et de l’image animée

Monsieur le Président,
L’aide à la conception dont bénéficient les auteurs et autrices de fictions cinématographiques vient de faire l’objet d’un renforcement conjoncturel par le CNC pour pallier la crise sanitaire. Nous nous réjouissons bien sûr de cette mesure importante pour tous les cinéastes de fiction. Nous déplorons toutefois qu’elle ne concerne pas les documentaristes, pour qui l’aide à la conception n’est toujours pas accessible.

Depuis plusieurs années, nous vous sensibilisons à ce qui relève de la discrimination. En vain. L’aide à la conception exclut encore et toujours une partie de la création cinématographique. Sans aucune justification recevable. Le CNC nous avait pourtant signifié avoir admis le principe d’une nécessaire ouverture de ce fonds au documentaire. Nous avons l’impression d’avoir été menés en bateau. Tantôt on nous objectait que les fonds manquaient. Tantôt cette aide nécessitait une « remise à plat ». Le manque de fonds n’est manifestement plus un problème. Quant à la « remise à plat », elle ne semble
plus au programme.


À ce titre, cette annonce du renforcement de l’aide à la conception de 50 % résonne pour les
documentaristes comme un affront.


Représentants les auteurs et autrices de la création cinématographique documentaire, diffuseurs de leurs oeuvres, nous vous interpellons solennellement et publiquement par le présent courrier afin que :
- L’aide à la conception soit désormais accessible à la création cinématographique dans son
ensemble.
- Que les cinéastes du documentaire durement affectés par la crise sanitaire et frappés par une évidente rupture d’égalité face à l’accès à des fonds publics puissent rétroactivement bénéficier du soutien accordé aux cinéastes de fiction.

Le CNC considère-t-il qu’il y a deux catégories de cinéastes ? Auguste et Louis Lumière, réveillez vous, ils sont devenus fous !

Dans l’attente de vous rencontrer au plus vite, dès cette semaine, veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de nos sentiments respectueux.