Presse Edition

pub
Recherche

Les Filles de la Photo lancent les Etats Généraux de la photographie lors d’une conférence aux Rencontres d’Arles

Les Filles de la Photo lancent les Etats Généraux de la photographie lors d’une conférence aux Rencontres d’Arles

 © Anne-Lou Buzot

 

presseedition.fr 13/09/2021

Répondant à l’invitation du collectif Myop, Les Filles de la Photo ont organisé une conférence le 7 juillet, dans le cadre des Rencontres d’Arles 2021 sous le titre “Dans quel état est la photographie?” à l’issue de laquelle l'association a annoncé le lancement des Etats Généraux de la Photographie.
Engagées depuis quatre ans pour la défense des photographes et de la photographie, Les Filles de la Photo ont invité à un dialogue autour de la situation de notre écosystème, des conditions de la création comme de la commande, du statut des auteurs ou encore du devenir des images.
Deux photographes aux parcours riches et complémentaires, Charlotte Abramow et Stéphane Lagoutte (également directeur de Myop) ont ainsi échangé avec Raphaële Bertho, historienne, Sabrina Ponti, agent de photographes, - par ailleurs toutes deux co-présidentes des Filles de la Photo - et Erika Negrel, Secrétaire générale du réseau Diagonal. Le débat était animé par Karin Hémar, journaliste et conseil en stratégie créative.
Partant de témoignages précis, les intervenants ont soulevé diverses problématiques touchant plus globalement la profession, telles que les conditions de formation, de rémunération et de reconnaissance des photographes aujourd’hui, la valorisation et le rayonnement de la création photographique sur l’ensemble du territoire et à l’étranger ou encore la protection des images et de leurs auteurs dans un contexte de précarisation accrue du secteur des arts visuels.
L'UPP, la SAIF, l'ADAGP, France PhotoBooks et le réseau Diagonal sont associés à cette initiative ouverte pour repenser ensemble le monde de la photographie.
La réflexion est initiée aux Rencontres d’Arles 2021 avec l’ouverture de cahiers de doléances qui permettront de collecter largement les expériences et avis de l’écosystème. S’en suivra l’organisation de rencontres thématiques qui amèneront à la tenue des Etats généraux de la Photographie en 2022. La restitution du rapport est d’ores et déjà programmée pour les prochaines Rencontres d’Arles, partenaire fidèle des Filles de la Photo.
Le cahier de doléances peut être enrichi par tous les professionnels du secteur en remplissant le questionnaire ici
ou en écrivant à lescahiersdesfillesdelaphoto@gmail.com

QUI SONT LES FILLES DE LA PHOTO
Fondée par trois passionnées de photographie Marion Hislen, Chantal Nedjib, et Florence Moll, l’association a su rapidement fédérer autour de ses valeurs et de ses projets. Elle est aujourd’hui co- présidée par Raphaële Bertho et Sabrina Ponti.
Elle compte à ce jour près de 200 adhérentes représentant 25 métiers : acheteuses d’art, galeristes, agents de photographes, commissaires d’exposition, iconographes, directrices de festival, directrices de création, conservatrices, attachées de presse, journalistes, directrices de communication, sociologues, maîtresses de conférence, historiennes, critiques d’art, éditrices, scénographes, directrices de production, etc. Après avoir mis en lumière lors du débat que “la photographie serait en France dans tous ses états”, les Filles de la Photo, qui ont toujours à cœur d’élargir la réflexion à l’ensemble de la filière, ont proposé de lancer Les Etats Généraux de la photographie.
Raphaële Bertho et Sabrina Ponti ont commenté cette initiative : “Les derniers Etats Généraux de la photographie remontent à 1981. Le paysage a bien évolué depuis.(...) Il apparaît en effet urgent de raviver la scène française en développant des actions constructives, fruit d’un dialogue engagé de façon collaborative et transversale autour de thématiques clairement identifiées.”
Photographes, institutions publiques et musées, annonceurs et mécènes, galeries d’art et agences de photojournalisme, éditeurs, critiques, chercheurs et enseignants, ainsi que les fondations et le monde de la communication seront appelés à se mobiliser et mettre en œuvre des actions pour les faire bouger lignes.
Une forme de remue-méninges légitimement porté par les Filles de la Photo, qui s’inscrit dans le prolongement de leurs autres actions (observatoire de la mixité, mentorat, tête à tête, e-lectures, podcast etc.).
Toutes désireuses d’ être «mieux informées pour mieux agir», ces femmes de cœur et d’action animent ensemble un laboratoire d’idées et jouent de leur influence pour valoriser et défendre la photographie.
Les Filles de la Photo portent quatre grandes ambitions :
- Décloisonner les métiers de la photographie pour mieux les représenter
- Valoriser la photographie auprès du public, des institutions et des médias
- Provoquer des rencontres pour découvrir des talents, des métiers, des projets, des lieux
- Développer l’influence des professionnelles et défendre les femmes et hommes photographes.