Presse Edition

pub
Recherche

Les principales missions du Gota, interview de Jean-Claude Syrost, son Président

Les principales missions du Gota, interview de Jean-Claude Syrost, son Président

Presse Edition 27/11/2008

Le GOTA (Groupe Offset des Techniques Avancées), est une association de compétences fondée en 2001. Organisée en filière graphique, il permet d’associer une multitude de compétences, les membres fondateurs se sont donnés pour objectif pour comprendre l’évolution des techniques au sein des industries graphiques et de transmettre leurs réflexions à l’ensemble de la profession.


Quelle est la mission du GOTA ?
Jean-Claude Syrost : Les membres fondateurs du GOTA : FICG (maintenant UNIC), PAGORA (ex EFPG), Kodak, Heidelberg, Mac-Dermid, StoraEnso et Sun Chemical, souhaitaient offrir aux professionnels une visibilité complète de la filière graphique. Le GOTA a été créée pour intégrer dans ses réflexions tous les maillons de la chaîne graphique, ce qui permet une vision globale des évolutions technologiques possibles. Les spécialistes qui le composent mettent en commun leurs compétences afin de tirer les conséquences de ces évolutions et d’apporter un ensemble de conseils et de solutions concrètes aux attentes et aux besoins des imprimeurs. En effet, les industriels de l’imprimerie qui sont en majorités de petites ou moyennes entreprises ont besoin d’une vision synthétique traduisant les tendances du futur.


Quels sont ses Objectif ?

Jean-Claude Syrost : Les objectifs visés ciblent l’amélioration de la qualité, de la productivité dans le respect des règles environnementales et de sécurité. Le GOTA à également un rôle à moyen terme qui est d’aider les imprimeurs dans leur connaissance et leurs réflexions sur le potentiel des nouvelles technologies et dans leurs choix décisionnel d’investissement. Aider dans les choix technologiques des imprimeurs et la mise en place de nouveaux équipements de manière à être toujours plus compétitif Pour ce faire, chaque année depuis 2002, une étude portant sur des thèmes d’actualités permet de dresser un bilan de l’actuel et de son évolution probable. Citons comme études : L’impact des plaques CTP sur le procédé d’impression offset, Environnement et industries graphiques : des solutions pertinentes (dont la deuxième édition vient d’être actualisée cette année), le mouillage offset, couleur et impression (en deux parties) et actuellement deux documents portant sur Imprimer : valoriser des émotions.


Quel a été le travail du GOTA en 2008 ?

Jean-Claude Syrost : En 2008, le Gota s’est consacré à l’actualisation du guide numéro deux consacré à l’environnement (sujet encore plus d’actualité qu’à sa première rédaction en 2003). En addition aux solutions actualisées du guide initial (équipements possibles, consommables ayant moins d’impact , direct ou indirect, sur l’environnement et de bonnes pratiques permettant d’optimiser les emballages ou de limiter la consommation de produits, un 4 pages supplémentaire incluant les résultats d’une étude portant sur l’émanation gazeuse lors d’une impression offset feuille (INRS/ADEME/FICG), le bilan carbone, Reach et son implication et Imprim’vert. Puis une nouvelle étude qui sera présentée à Intergraphic en janvier 2009 portant sur les techniques d’obtention permettant la valorisation des émotions par l’impression.


Que contient cette dernière étude ?

Jean-Claude Syrost : Cette étude est complémentaire de celle de l’année dernière portant sur les effets d’ennoblissement et de valorisation de l’impression. Cette étude se consacre à la description des techniques permettant de réaliser et de reproduire des effets, alors qu’en 2007, nous avions insisté sur la présentation des effets possibles. Bien entendu les techniques citées sont élargies à tous les modes d’obtention : sur machine à imprimer : par la gestion de flux de données de la création à la plaque, par les encres et les vernis et, hors machine par la dorure, le gaufrage le lenticulaire et certaines techniques de traçabilité et de sécurité (technologie RFID entre autre). L’objectif était de montrer qu’il est possible de concilier communication, rendu esthétique, protection des documents et vecteur de choix des fonctions de traçabilité et de sécurité, en harmonie avec la problématique posée par le développement durable (domaines social, économique et environnemental). Comme les précédents guides, la parole aux utilisateurs y figure ainsi qu’un glossaire permettant de mieux se comprendre.